Accessibilité
 
Christian & François Ben Aïm 
Partager
 

Les frères Ben Aïm, c’est tout cela à la fois : une vingtaine de créations qui s’échelonnent sur quinze ans de collaboration en binôme, renforcées par des complicités artistiques venues de tous horizons. Une histoire comme un sillon à creuser, dans l’expertise d’un travail de terrain en lien avec les lieux et les territoires. Ces trois dernières années, ce sont près de 350 représentations qui leur ont permis d’asseoir un vrai projet de compagnie.

Formés à la danse, au théâtre physique, et au cirque, ils commencent, chacun de leur côté, un parcours d’interprète au Canada et en France. Leur réunion a ensuite posé les bases de leur compagnie, qui fonctionne dans le duo-tandem fraternel : la réflexion de l’un croise l’instinct de l’autre et vice versa, dans une confrontation qui appelle à des projets artistiques en constante évolution.

En 1997, la pièce A l’abri du regard des hommes, avant d’aller mourir ailleurs est un acte fondateur, une pièce hybride où danseurs et comédiens partageaient la même énergie physique et brute. Suivront dans la même veine La Frontera ou Ne vous fiez pas au titre, il peut encore changer, pour une danse non dénuée d’humour et pleine de surprises. Parmi leurs pièces emblématiques, on retient également le diptyque autour de l’univers de Bernard-Marie Koltès, Carcasses, un œil pour deux et En plein cœur où le texte résonne dans une scénographie et une création musicale sur-mesure. Dernièrement, L’ogresse des archives et son chien joue pleinement le croisement entre les disciplines, tandis que Valse en trois temps flirte avec le dépouillement. Sans oublier des œuvres in situ, comme le monumental Mangrove Groove en Chine, ou le tout-terrain Karma dans le Nord-Pas-de-Calais. En 2014, leur dernière pièce La légèreté des tempêtes confirme la place essentielle de la musique dans leur démarche, en réunissant sur le plateau 4 danseurs et 4 musiciens sur une composition originale créée en amont de la
création.

 
 
Haut de page